Français English Espanol

NEWS
NEWSLETTER

Inscrivez à notre newsletter :

Votre Email

Votre nom
 


NOS PARTENAIRES

 


» » » Sébastien Janiaud en string !


Sébastien Janiaud à l'X-Trail Corrèze Dordogne ou le Trail en String

Je me pointe sur cet ultra un peu en string avec 2 mois et demi de coupure complète sans un seul entraînement de mi-mai à fin juillet (que nini, que dalle à se mettre sous la dent ........ rien quoi) pour mener à bien d'autres projets.

 

Episode 1 : Le 1er août, je me dis : "Bon, mon gros, il est temps de regoûter aux joies de la sueur et des sentiers". Reprise tranquille avec quelques footings à allure escargot et la météo s'y prêtant, je monte un peu en montagne à la fin de l'été. Les kilomètres défilent et les sensations sont bonnes. Ca revient doucement mais sûrement mais l'idée de faire plus de 30 km est totalement impossible et même insconciente.

 

Episode 2 : Début septembre, la reprise, la rentrée et toujours le soleil donc "hop" direction nos chères montagnes dans le simple but de prendre du plaisir mais l'entraînement redevient régulier, enfin !!!!!!!!!!!!. Plusieurs coureurs du Running Club Arpajon dont Dan M. parlent de cette fameuse première édition du X-Trail Corrèze Dordogne à Argentat le 24 septembre. Je jette un coup d'oeil : "ah oui, c'est bientôt cette affaire. Quoi 80 km ??????????"

Les paysages paraissent magnifiques et sauvages, occasionnant un premier déclic en me disant : "Pourquoi pas ?"

La raison me dit :"T'es complètement taré, tu n'as pas grand chose dans les papattes arrières. Tu es juste pour 30 km, voire 40 bornes en footing . Comment faire pour 80 km et 3200m D+ en course ??????????"

et la folie me murmurre : "Eh, ça fait 3 mois que tu as bien glandé, il serait temps de se bouger. Au moins, là, si t'es limite, tu verras si tu as du mental, première prépa psychologique pour repartir sur une année qui devrait me ramener sur le grand raid de la réunion en 2017 !!!!"

Pannnnnnnnnnnnn banco, c'est parti pour cette grande ânerie de 80 pitons (où même ma femme m'annonçait une boucherie avec ce profil montagnes russes (Ah bon ???????) mais j'avoue qu'au départ, je n'en mène pas large et fais profil bas tel le gars qui part en courant, poursuit en marchant et finit en rampant ............. si je finis ! Bon, ça c'est la théorie ! Merci à Benoît D. pour avoir été présent tout au long de la journée !!!

 

Episode 3 : 5h du mat', la journée s'annonce belle et il va falloir gérer la chaleur prévue dans l'après midi avec 27°C annoncés ! Nous partons tranquillement et je décide de m'écouter, sinon ça sent l'explosion en plein vol type "pop corn". On se retrouve à deux avec un pyrénéen qui mène la danse et qui me met de bonnes cartouches dans les montées, je laisse filer, je fais ma course aux sensations. Nous resterons ensemble 34 km jusqu'à ce que nous retrouvions le parcours du 46 km. Je sens déjà les crampinettes me chatouiller et à partir de là, c'est gestion sinon ça va faire "plop". Mon acolyte repart bien avant moi. Je pense que la course se joue à ce moment là car j'en profite pour me pifrer. Je fais un vrai banquet au ravito en mode : "gâteau de riz, compotes, sandwich jambon" et repart repu et gavé fin prêt pour affronter les 46 derniers kilomètres ........................ de sangliers !!!!! On connaît les gabariers et une partie de Laroquapattes dans ce thème là et bien là c'est la même mais ............... en plus long avec déjà 34 km au compteur et un état de fraîcheur laissant envisager un état de décomposition très avancé !!!

Le terrain, plus que technique, m'arrange beaucoup et j'arrive à revenir sur le premier (Eric Destrade) dans ce bordel où pierres, racines, troncs d'arbres sont légions dans le secteur des tours de Merle ! Ce chantier durera plusieurs heures !!! Sur le plat, au milieu de ce chaos, on doit tous friser les 4 km/h où l'usage des mains est fortement recommandé sous peine d'y perdre des dents !!!!

Eric m'annonce qu'il n'est pas bien et que je ne l'attende pas. Je poursuis mon chemin dans le doute le plus complet sauf si mes crampinettes veulent bien m'oublier et si mon corps veut bien me pardonner de lui infliger un tel supplice sans réelle préparation. Je poursuis malgré tout et arrive à trottiner quasiment tout le temps même si je ne frôle pas le mur du son !

Les sensations deviennent bonnes au fil des kilomètres et l'écart se creuse (7' au 46ème puis 15' au 52 puis 29' au 63). Nous traversons la Dordogne au km 66 en barque où le conducteur m'annonce que je peux l'aider à pagayer pour aller plus vite sur l'autre rive. Je lui dis que j'ai le temps et en profite pour me mettre à plat dos, face au soleil durant la traversée en mode lézard tentant de relâcher mes cuissots qui commencent à fumer sérieusement après presque 3000m de D+ !!!

Je poursuis mon petit bonhomme de chemin sur l'autre rive où le physique n'est plus mais le mental est bien solide et l'envie toujours là ! Quelques ultras au compteur, ça doit bien aider mince !!! Je retrouve la famille et amis sur les derniers ravitos ainsi que Benoît, fidèle au poste pour m'informer des écarts et Corinne, organisatrice de l'Aquaterra. Maude me massera les quadriceps devenus durs comme du béton avant de repartir. Je gère la fin en déconnant avec Damien G. et Jean P. coureurs du 46k et Regis B. venu à notre rencontre. L'ambiance des 10 derniers km est vraiment détendue (du string) même s'il me tarde d'arriver ! C'est bien beau de faire le con à vouloir faire la guerre avec une épée en plastique mais si tu ne veux pas ramper sur les quais d'Argentat, il serait bon maintenant de passer la ligne d'arrivée.

 

Episode 4 : Je boucle ce délire de 80 km et 3200m D+ en 9h23' à une heureuse première place mais reste persuadé que la descente d'escaliers du lendemain sera longue et douloureuse: "Quand t'es pas prêt, .........bein t'es pas prêt !!!" Celle là s'est jouée à l'ancienne, à l'expérience en étant vraiment à l'écoute de son corps toute la course pour faire au mieux avec les moyens du bord. Une leçon pour la suite.

Bon, la ficelle du string a tenu et c'est bien là l'essentiel mais ne faites pas la même connerie que moi !!!!!!!!!!

En tous cas, vous pouvez cocher le  X-Trail Corrèze Dordogne qui est d'une rare beauté avec des bénévoles et des organisateurs très accueillants et chaleureux. Un régal à faire, à condition d'être prêt !

Un bravo à tous les finishers des différentes courses et tous les membres du Running Club Arpajon venu à bout de ce parcours de sangliers !

Zou, la suite maintenant en planifiant un peu la saison 2017 car le Grand Raid de la Réunion ne se prépare ni en string, ni en pantoufles !!! Vivement dans l'année prochaine !